L’idée de la gratuité et de l’universalité de l’éducation en Haïti s’est dégagée dans toutes les Constitutions de la République,  mais s’est encore mieux précisée dans celle de 1987 en ses articles 32.1 à 32.3. Article 32.1: « L'éducation est une charge de l'Etat et des collectivités territoriales. Ils doivent mettre l'école gratuitement à la portée de tous, veiller au niveau de formation des Enseignements des secteurs public et privé ». Article 32.3: « L'enseignement primaire est obligatoire sous peine de sanction à déterminer par la loi. Les fournitures classiques, et le matériel didactique, pris en charge par le Gouvernement, seront mis à la disposition des élèves au niveau de l'enseignement fondamental ».Ces principes ont été renforcés par la participation et l’entérinement par Haïti de toutes les conventions sur l’éducation pour tous.

   Lire la suite


     


Initiative de Renforcement de services Scolaire (IRSS)

Le Projet Initiative Renforcement des Services Scolaires (IRSS) a été conçu dans le but de contribuer à l’amélioration de la qualité l’éducation par le renforcement de la supervision scolaire. Sa stratégie est d’utilisé les  Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) comme outil d’améliorer la supervision scolaire. L’Initiative de Renforcement des Services Scolaire (IRSS) poursuit trois grands  objectifs :

  1. Augmenter l’efficacité et l’impact de la supervision scolaire ;
  2. Réduire l’absentéisme des enseignants;
  3. Faciliter les tâches des inspecteurs qui sont fréquemment chargés d’un grand nombre  d’écoles géographiquement dispersées.

« L’atteinte de ces objectifs devrait permettre en termes d’impact, d’améliorer les résultats de l’apprentissage des élèves ; et en termes d’innovation, la mise en place d’un système utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC), basé sur les téléphones intelligents ».

Le projet est implémenté au niveau décentralisé avec un ancrage à quadruple désagrégation allant de l’école (E) à la Direction Départementale d’Education (DDE) en passant par le Bureau d’Inspection de Zone (BIZ) et le Bureau de District Scolaire (BDS). Il s’agira d’utiliser une technologie « mobiquitaire », le téléphone cellulaire devenu Téléphone intelligent et objet communiquant avec ses capacités d’intégrer l’Internet, d’utiliser une suite applicative en ligne en mode cloud et d’être doté d’une puce de géolocalisation. La mise en place du système technologique avait nécessité les compétences d’une compagnie cellulaire (Digicel Haiti) et d’une entreprise mondialement reconnue et spécialisée dans le Cloud Computing (ZOHO) qui a bâti une infrastructure qui permet de structurer et de personnaliser des bases de données hébergées sur des serveurs du monde du Cloud Computing comprenant des applications et des processus techniques permettant de gérer des photographies contenant des étiquettes de géolocalisation et traçables.


Tableau du public cible

Départements

Nombre d’écoles sur lesquelles les   données de géolocalisation sont collectées

Nombre de collecteurs de données formés

Enseignants         photographiés

Nombre d’élèves bénéficiaires du projet

Nord

73

72

438

40029

Nord-Est

27

27

162

6771

Total

100

99

600

46800


Implémentation de l’IRSS 

La Coordination IRSS, l’Evaluation d’Impact avec  le support de la Digicel  ont organisé une séance de formation sur  la période du 26 novembre 2013 au 2 décembre 2013. 

Une séance de formation  de trois (3) jours s’est déroulée à Fort-Liberté et les cinq jours (5) autres à Cap-Haitien. Ces séances de formation réalisées sur le mode répétitif ont duré chacune huit (8) heures de temps pour des groupes variant de 30 à 40 personnes formées d'adultes ayant entre 25 et 60 ans. La méthodologie utilisée devrait prendre en compte les principes et les aléas de l'andragogie. Deux assistants formateurs ont été recrutés par la coordination de l’EPT, et ont pris part pour aider le formateur principal de la Digicel dans les activités de démonstration et dans la manipulation des téléphones intelligents par les utilisateurs.


L’implémentation du projet sur le terrain se fait en deux étapes essentielles : une étape de simulation et une étape d’implémentation proprement dite. Ces deux étapes sont exécutées en file.